2 septembre 2020 | Réduire ses déchets

En commençant ma démarche vers le zéro déchet, j’ai débuté par les pièces principales génératrices de déchets, la cuisine puis ensuite la salle de bain. Dans ces pièces de nombreuses actions, assez simples à mettre en place, donnent de bons résultats, assez rapidement, pour diminuer son volume de déchets ménagers et recyclables. Il m’a fallu un peu de temps avant de trouver mon essentiel, pour trouver ce qui me convient pour mon hygiène et les membres de mon foyer. Je me suis informer par diverses lectures sur les possibilités, les ingrédients. J’ai été amené à tester plusieurs recettes et produits.

Voici quelques unes de mes pratiques pour vous donner envie, vous aussi de changer vos habitudes dans la salle de bain :

1- Pour l’entretien du corps et des cheveux

Terminé les produits sous emballages plastiques ! Des alternatives plus respectueuses pour votre peau et votre poubelle existent : faites place aux cosmétiques solides et bio.

Les nettoyants (savon et shampoing) se trouvent facilement à l’état brut, sans emballages, sous forme de pain de savon, dans les magasins bio et les magasins de vrac, y compris sur les marchés artisanaux. Ils s’utilisent comme des savons ordinaires : frottez sur votre corps et vos cheveux, ça mousse aussi !

Les déodorants solides existent aussi. Ces produits sont bien souvent emballés dans du carton recyclable ou compostable, ou dans des pots en verre.

Pour ma part, après plusieurs essais, en passant par le shampoing sec et le no-poo, le bicarbonate et le bloc solide de déo, j’ai finalement opté pour un shampoing solide d’une artisante locale, un bloc de savon d’Alep et de l’huile essentielle de palmarosa en guise de déodorant. Simple et efficace !

J’ai constaté que moins nous utilisons de produits chimiques et moins nous avons à en utiliser. C’est notamment le cas pour mes cheveux que je lavais quotidiennement, il y a sept ans, et pour qui aujourd’hui un lavage par semaine suffit amplement.

2- Pour les soins du visage

En optant pour les lingettes lavables, qui s’utilisent exactement comme les cotons à usages uniques, votre volume de déchets diminuera très vite. Pour l’entretien, il suffit de les passer à la machine avec le linge de maison quand ils sont sales.

L’oriculi est un petit outil, soit en bois, soit en métal, permettant de remplacer les cotons tiges.

Pour l’hydratation de la peau, vous pouvez utiliser des huiles végétales (coco, noisette, noyau d’abricot par exemple) ou du beurre de karité. Pour l’appliquer, simplement quelques gouttes sur vos doigts suffisent pour badigeonner sur votre peau. Vous en trouverez en magasin bio dans des pots en verre et dans certains magasins de vrac pour recharger vos contenants.

J’utilise autrement un baume à lèvre, recette faite maison avec de l’huile végétale et de la cire d’abeille, pour hydrater mes lèvres.

3- Pour l’hygiène des dents

Pour remplacer les brosses à dents en plastique du supermarché jetables tous les trois mois, il y a deux solutions : les brosses à dent en plastique recyclé avec des têtes interchangeables ou les brosses à dent en bois ou en bambou entièrement compostables. Vous les trouvez en magasin vrac ou bien à commander par internet.

Dès nos débuts en zéro déchet, nous avons opté pour des brosses à dent en plastique recyclé à tête interchangeable, dont la marque récupère les têtes usagées pour les recycler. Nous avons chacun la notre avec une couleur différente.

En guise de dentifrice, terminé celui en tube avec du fluor, nous sommes passé à un dentifrice fait maison à base d’argile verte, acheté en vrac, et d’huile de coco, que nous appliquons directement sur la brosse à dent. Nous avons opté pour cette solution après avoir testé avec le bicarbonate que nous n’avons pas apprécié.

Les dentifrices solides existent aussi. Ces produits sont bien souvent emballés dans du carton recyclable ou compostable, ou dans des pots en métal sous forme pâteuse.

4- Pour l’hygiène menstruelles des femmes

Là encore, plusieurs alternatives, générant moins de déchet, s’offrent à vous avec les protections hygiéniques lavables. Vous pouvez très facilement remplacer les serviettes et tampons jetables par des serviettes lavables, une coupe menstruelle ou encore des culottes menstruelles. Ce sont des alternatives plus saine au tampon et serviettes jetables.

La coupe menstruelle (aussi appelée “cup”) est un petit réceptacle en silicone qui s’insère dans le vagin et recueille le sang des règles.

Les serviettes hygiéniques lavables (= SHL) se fixent dans la culotte et fonctionnent exactement comme des protections classiques, à la différence qu’on peut les laver et les réutiliser plusieurs fois.

Les culottes menstruelles sont des sous-vêtements absorbants qui remplacent les autres protections. Comme les SHL, elles sont lavables et réutilisables.

Pour ma part, après avoir longtemps utilisé la coupe menstruelle avec des petites serviettes hygiéniques lavables, je suis passé au flux instinctif. Je n’utilise plus aucune protection lors de mes règles sans avoir de fuites.

Tous les produits que j’utilisais auparavant, qui était assez restreint déjà, je n’ai jamais été une grande consommatrice de produits de beauté, ont tous été terminé petit à petit pour en arriver à ce résultat minimaliste. Comme vous pouvez le constater, j’ai des pratiques assez simple pour mon hygiène quotidienne. J’ai exclu au fur et à mesure les toxiques et les emballages pour en arriver à une salle de bain constituée de quelques produits et matériels me suffisant amplement (voir photo mise en avant). Ce qui me permet d’avoir besoin de peu d’espace de rangement dans ma salle de bain.

Donec tempus felis Sed quis, consequat. consectetur Praesent eget diam ipsum accumsan